LE NIVEAU 4, C'EST TOP !

 

Dis, papa, c’est quoi un niveau 4 ??? Ben, c’est après le niveau 3. Remets tes palmes et ton tuba et suis-moi... Eh ben non, c’est tout faux : en plongée, à la FEUFEUEUSEUSEUMEU (FFESSM), on peut passer du niveau 2 au 4 directement.

 

J’vous raconte: EXPERIENCE D’UN NIVEAU 4

Plongée depuis 6 ans, N2 initiateur, Jean-Paul, Max et moi commencions à être légèrement frustrés de former des N1 et N2 jusqu’à ... 6 mètres seulement (Les sacro-saintes ² prérogatives² ) Bon, on bosse 9 mois, on les soigne les petits, et quand c’est presque bon ... faut les refiler à un plus grand que soi qui peut les emmener voir comment ça fait à 20 mètres (un N4 ou MF1). C’est quoi la solution ?

eh bien: passer le niveau 4 / E2, ça vous permettra :

- d’emmener nos N1 en explo jusqu’à 20 mètres.

- nos N2 en explo jusqu’à 40 mètres.

- et même d’enseigner aux N1 / N2 jusqu’à 20 mètres.

(Mine de rien, vous êtes en ce moment en pleine révision de vos prérogatives)

Ben oui, mais ... faut préparer. (Il y a 7 pages de compétences à acquérir pour être N4, Je vous passe les détails). Donc pas question de décider en juin de passer les épreuves en juillet...

Allez, pour faire bon poids, comptez 6-7 mois de préparation physique pour les épreuves PMT ( Ah! Le mannequin); du coup, nous connaissons les bon coins de l’étang de Cergy: ses pneu, ses carcasses, ses carpes arc-en-ciel, ses algues (pour celles qui n’apprécient pas), ses poissons-chats (pour celles qui n’apprécient pas non plus).

Rajouter 2 mois de travail sur la table de la salle à manger tous les week-end (² Tu peux débarrasser ? Faudrait que je mette la table...² ) pour approfondir ce que vous ont légué Archimède, Mariotte, Gay-Lussac, Dalton, Henry et les autres, confirmer que la valvule tricuspide est bien dans le ventricule droit de la pompe et la mitrale à gauche (tri comme tribord et mitrale à Mitterrand à gauche; on en a d’autres dans le genre).

Compléter par 1 semaine obligatoire: en juin, sous le soleil de Bandol, pour valider les compétences techniques de plongée, et ²se taper des 40, encore des 40, et toujours des 40² .

Le grand jour de la théorie arrive: le stress à son apogée; au fur et à mesure que les épreuves passent, physique, tables, physio, accidents, réglementation, ça se tasse un peu, pour reprendre lors de la séance orale sur le matos (3 MF1 / MF2 qui vous scrutent le blanc de l’oeil en vous demandant ingénieusement ² à quoi sert le ressort, là...? ² Enfin, quand c’est passé, on se sent mieux, tellement soulagé qu’on n’arrive pas à s’endormir avant 2/3 heures du matin!!

Le grand jour de la pratique arrive: cette année ça ce passe à l’Estaque (prononcer ESSEUTA-QUEUUUU...) -plage. Départ le vendredi soir, 1 nuit en train. Bonne bouffe, hébergement cosy (dortoir de 18 personnes dans une baraque, j’vous dit pas): la seul chose à ne pas oublier, ce sont les bouchons d’oreille: quel concert la nuit! Le cirque -800m - 40m - capelé 500m - debriefing - commence. Comme le vent passe à l’Est force 5, pas de sortie bateau les 2 jours suivants. Du coup, nous connaissons par coeur les eaux cristallines du port, le long de la jetée (Beuârk!). Et miraculeusement, le mardi, mer d’huile et soleil de plomb. On peaufine le 800m, le 500m à coup de ² plus vite tas de feignants, j’en vois qui en gardent sous le pied² .

Les 40m sont très techniques, en répétition des gestes qui doivent devenir des automatismes: descente droit dans le bleu, stabilisation à 40m pile, pas plus, pas moins, vidage de masque. Toi = chef, puis tout va de travers, tombe en panne, en essoufflement, narcose, manque d’air, on remonte (à combien de m/min. déjà? ) contrôlé, on cajole les monos (signe OK toute les ... oh, 5-10 secondes), faut s’en occuper de ces petites bêtes, sinon ça vous tombe en syncope comme un rien. Faut les remonter à la palme, les tracter jusqu’à l’échelle du bateau qui - bizarre - se rapproche trop lentement...

Et le jeudi - vendredi: l’exam: la même chose que ci-dessus, le stress en plus (on oublie des choses dans ces cas là)... un conseil: travaillez la remontée SSG, toujours et toujours... Un certain nombre d’entre nous ont, -comment diras-je-, légèrement foiré cette épreuve, moi y compris...

Miam, épreuves, bateau, miam-miam (beaucoup), sieste, bateau, re-épreuves, briefing, remiam-miam, dodo (extinction des feux vers 9H30 - 10H00 à tout casser, personne pour trouver ça tôt), concert de ronflement, à ce rythme, la semaine passe vite, et nous sommes déjà le samedi midi, proclamation des résultats.

OUAIIIIIIS, c’est bon. 9 mois qu’on attend ça... Content le monsieur!

 

Pour le MF1, on verra. Pour l’instant, je savoure la lecture en retard, la T.V., nulle à regarder, mais qu’est-ce que c’est bon quand on a du temps.

Bien. A vos palmes, allez prendre votre douche, et on s’échauffe. C’est reparti.

 Erik